Un forum politique de Soutien à Nicolas Sarkozy
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Audition du juge Burgaud

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre
Président
Président
Alexandre

Masculin Nombre de messages : 2554
Age : 31
Parti Politique : U.M.P
Candidat : Nicolas Sarkozy
Date d'inscription : 18/12/2005

Audition du juge Burgaud Empty
MessageSujet: Audition du juge Burgaud   Audition du juge Burgaud EmptyMer 8 Fév - 22:28

[b][u]Audition du juge Burgaud[/u]

Avant de répondre aux questions des députés de la commission d'enquête sur Outreau, le juge Burgaud a prononcé, mercredi 8 février, un discours de plus d'une heure. tf1.fr vous propose de relire les moments forts de cette première partie de l'audition [/b]

[img]http://s.tf1.fr/mmdia/i/59/8/2166598_5.jpg[/img]

[quote]Les traits visiblement tirés, costume gris, le juge Burgaud a pris place à 16h40, mercredi, dans la salle d'audition de la commission d'enquête parlementaire d'Outreau. En préambule, le président de la Commission, André Vallini a rappelé avec force que cette audition n'est "ni une instance juridictionnelle, ni une instance disciplinaire". Bras croisés collés au bureau, le teint blafard, le juge Burgaud a ensuite pris la parole pendant plus d'une heure. "Vous imaginez l'émotion qui à cet instant est la mienne, parce que je me trouve en présence des acquittés, a -t-il commencé la gorge nouée. Aujourd'hui, peut-être plus que tout autre, je peux sentir leur souffrance, me représenter ce qu'ils ont vécu, l'enfermement, la séparation d'avec des être chers, d'avec leurs enfants, leur honnêteté qui a été contestée".

"Je suis tenu au secret professionnel mais je souhaite pouvoir vous répondre complètement et me défendre. Ce n'est pas facile pour moi car encore hier le Conseil supérieur de la magistrature m'a rappelé à mon obligation de secret professionnel (cf encadré). Cela a choqué, mais je le dis et je le redis : j'estime avoir fait honnêtement mon travail, sans aucun parti pris d'aucune sorte et aux éléments du dossier fournis en 2001 et 2002 et non pas en fonction des éléments apparus aux assises de 2004 et 2005". Le juge a ensuite expliqué sa méthode de travail.

"Les faits étaient horribles, les enfants disaient qu'ils avaient très mal"

"Selon les enfants, l'affaire avait duré de nombreuses années - cinq années, affirmaient-ils. Les faits auraient commencé en décembre 1995. Les enfants expliquaient qu'ils étaient violés quotidiennement, qu'on utilisait des objets de la vie quotidienne pour les sodomiser. Tout ceci décrit dans un climat de violence, qui ressortait nettement dans la procédure, puisque les parents étaient déjà suivis par les services sociaux pour des problèmes de consommation d'alcool et de violences dans le couple.

Les enfants disaient être battus avec des lattes du lit. Ils disaient que lors des séances de viols collectifs, les faits avaient été filmés à de nombreuses reprises. Ça m'avait marqué : un des enfants expliquait que la caméra dans le bureau du policier où il était entendu ressemblait à celle qui servait à filmer les viols. Les faits étaient horribles, les enfants disaient qu'ils avaient très mal, qu'ils saignaient régulièrement de l'anus. Ces faits semblaient confirmés par des certificats médicaux, qui évoquaient des saignements de l'anus et signalaient la présence de traumatismes crâniens".

"Je n'ai jamais eu de fascination pour Myriam Badaoui-Delay"

"Dès le départ, poursuit-il, la méthode employée pour l'enquête a été d'étudier les accusations des enfants, puis ensuite de plusieurs des adultes qui ont reconnu les faits et accusé d'autres personnes. Il s'agissait de vérifier chaque fois que c'était possible des détails qui pouvaient être donnés, notamment par des certificats médicaux. Il s'agissait aussi d'éviter toute concertation entre les accusés. Ils ont été placés dans des maisons d'arrêt différentes pour qu'ils ne puissent pas se mettre d'accord sur une défense commune.

Nous avons essayé aussi de faire en sorte que les enfants ne puissent pas communiquer avec les adultes. (...) On a rarement des éléments qui puissent être irréfutables. Mme Delay a reconnu les faits, elle a mis en cause beaucoup de personnes. Je n'ai jamais eu de fascination pour Madame Delay. Je lui posais des questions, elle me répondait. Je ne lui ai tenu aucune promesse, contraitement à ce que certains disent. (...). Il y a eu beaucoup de manipulations. Des psychiatres l'ont d'ailleurs examiné et n'ont rien détecté sur une tendance particulière à l'affabulation. (...) Plusieurs acquittés ont accusé le juge Burgaud "d'avoir été manipulé" par madame Badaoui-Delay condamnée définitivement à 15 ans de réclusion criminelle. Il a par ailleurs indiqué que "quand des nouveaux faits sont apparus", il a "à chaque fois sollicité l'avis du procureur de la République" de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Gérard Lesigne. Et contrairement à ce qu'ont affirmé certains acquittés, il a réfuté toute "fascination" pour Myriam Badaoui-Delay.

"Les gens peuvent se tromper, ou mentir"

Poursuivant son explication sur la méthode d'enquête, le juge a justifié son refus d'organiser des confrontations individuelles, l'un des principaux griefs de la défense des acquittés. "Je me suis souvent posé la question. J'ai longtemps hésité. J'ai pensé que comme les personnes avaient été entendues individuellement, je les avais interrogées séparément, avoir des confrontations à plusieurs permettait de contester ce qu'avaient dit les uns et les autres et pas de confirmer. J'y voyais plutôt une interactivité".

Et au fil des auditions se forgeait sa conviction. "Les mis en examen qui contestaient les faits disaient ne pas connaître les personnes qui les accusaient (...). Un des mis en examen indiquait qu'un des enfants du couple Delay qui l'accusait n'était jamais allé chez lui (...) J'ai entendu ce mineur, qui me disait être allé chez ce mis en examen. Je lui ai présenté un album photographique anonymisé : la couverture en était cachée, la légende également. Dans cet album, l'enfant reconnaissait des photographies des pièces du domicile, notamment la chambre du mis en examen. Il aurait pu reconnaître à la rigueur la voiture, l'avoir vue à l'extérieur ; mais là, c'était vraiment l'intérieur des pièces (...) cela semblait donner du crédit à accusation. (...) C'était pas toujours facile. Les enfants disaient par exemple qu'on leur présentait des revues en cadeau et on retrouvait chez un accusé une revue pour enfant et une autre pour adulte."

Auditions, vérifications : le juge a indiqué comment il avait été amené à se concentrer sur certains accusés et à en écarter d'autres. "De nombreuses personnes ont été citées. Mais les gens peuvent se tromper, ou mentir, et parfois, il n'existait pas d'indices graves et concordants à l'égard de ces personnes. (...) J'ai notamment à l'esprit le cas d'un médecin cité par les enfants : il pouvait y avoir une confusion possible avec des actes médicaux (...) certains faits pouvaient s'apparenter par exemple à un toucher rectal". Avant d'évoquer les premières mises en examen : "lorsqu'il y a eu des indices graves et concordants contre certaines personnes, j'ai demandé aux policiers qu'elles soient déférées. Au vu de la gravité des faits, j'ai pris la décision, après avoir entendu certains comme témoins assistés, de les mettre en examen et de saisir le juge des libertés et de la détention."

"Personne ne m'a dit que je faisais fausse route"

Ayant longuement décrit son instruction, le juge Burgaud a enfin voulu casser l'image d'inhumaine froideur qu'avaient donnés de lui plusieurs des témoignages d'acquittés. "Ce que je voudrais dire également, c'est que j'ai été terriblement choqué d'être présenté comme une machine à appliquer le droit, sans aucune humanité", a plaidé Fabrice Burgaud. "Bien que je mesure le souffrance des personnes que vous avez entendues, je ne suis pas comme ça et je n'ai pas tenu certains des propos qu'on m'impute". Ceci, sans renier sa responsabilité : "Je n'ai pas la prétention d'avoir mené l'instruction parfaite. Aurais-je pu faire autrement ? Aujourd'hui, avec le recul, j'en suis convaincu. Est-ce que j'ai commis des erreurs d'appréciation ? Peut-être. Qui n'en commet pas ? Le juge d'instruction est un homme seul. Personne ne m'a dit à l'époque que je faisais fausse route. (...) Ceci dit, je ne souhaite pas éluder ma responsabilité, et je souhaite assumer complètement la responsabilité de l'instruction que j'ai menée." (...)

"Des doutes, on en a eus"

"Des doutes, on en a eus, on en a eus pratiquement dès le départ", à propos de certains témoignages ou déclarations qui faisaient état de "faits qui semblaient monstrueux" a reconnu le juge d'instruction. Sur les détentions provisoires qu'il a demandées au juge des libertés et de la détention, il a souligné que "c'était une mesure pour protéger les enfants", citant le cas d'un mineur qui avait déclaré que son père avait "recommencé le soir même après avoir été entendu par les policiers", sans citer de noms.

Après sa déclaration, qui a duré jusqu'à 17h45, a commencé une séance de questions-réponses entre le magistrat et les membres de la commission. Assistent à cette audition 7 des 13 acquittés d'Outreau. Le président de la commission, André Vallini (PS), a rappelé au début de l'audition qu'il suspendrait l'audition "au moindre incident".

Photo : le juge Burgaud, devant la commission d'enquête parlementaire - DR[/quote]
Source LCI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mobi-tests.net
Alexandre
Président
Président
Alexandre

Masculin Nombre de messages : 2554
Age : 31
Parti Politique : U.M.P
Candidat : Nicolas Sarkozy
Date d'inscription : 18/12/2005

Audition du juge Burgaud Empty
MessageSujet: Re: Audition du juge Burgaud   Audition du juge Burgaud EmptyMer 8 Fév - 22:29

[b][u]"Personne ne m'a dit que je faisais fausse route"[/u]

Visage blafard et voix heurtée, le juge Burgaud, actuellement entendu par la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire d'Outreau, a longuement défendu son instruction dans une déclaration liminaire. S'il a dit comprendre la souffrance des accusés, il s'est dit aussi "choqué d'être présenté comme une machine à appliquer le droit".[/b]

[quote]Visage défait, voix heurtée, regard traqué, le juge Burgaud a détaillé pendant plus d'une heure, mercredi après-midi, sa méthode d'instruction dans l'affaire d'Outreau devant la commission d'enquête parlementaire. En préambule, le président de la commission, André Vallini, avait tenu à préciser que cette instance n'était "ni une instance juridictionnelle, ni une instance disciplinaire", et qu'il ne fallait pas voir dans les explications du juge "une comparution devant un tribunal" mais bien "une audition devant une commission parlementaire". Quant à Fabrice Burgaud lui-même, il a affirmé dès le début de son intervention qu'il "pouvait sentir la souffrance" des acquittés, et se représenter "ce qu'ils ont vécu : l'enfermement, la séparation, la séparation d'avec des êtres chers, leurs enfants, leur honnêteté également qui a été contestée". Mais il a estimé avoir "honnêtement effectué (son) travail".

Et pour tenter de le démontrer, il est revenu sur les débuts de l'affaire. "Je pense à ces enfants qui ont été violés par des adultes et qui ont subi des sévices épouvantables", a-t-il déclaré. Et de rappeler les témoignages des enfants victimes : "C'était véritablement horrible. Des enfants violés quotidiennement", avec "des objets de la vie quotidienne", avec des "fourchettes, des jouets". Ce que décrivaient les quatre enfants, a-t-il rappelé, "semblait confirmé par des certificats médicaux" qui signalaient des "saignements au niveau de l'anus, des traumatismes crâniens, des violences".

Les détentions provisoires, "une mesure pour protéger les enfants"

Décrivant la façon dont il a tenu l'instruction, Fabrice Burgaud a rappelé que sa "méthode était de vérifier chaque fois que c'était possible les détails donnés comme les certificats médicaux". Autre souci affiché : "éviter toute concertation" entre les accusés. L'une des difficultés de l'instruction étant "qu'il n'y avait pas de preuves irréfutables comme c'est souvent le cas dans ce genre d'affaires". Réfutant par ailleurs certains témoignages d'acquittés, il a nié toute "fascination" pour Myriam Badaoui-Delay, figure centrale et première accusatrice dans l'affaire Outreau.

Poursuivant son explication sur la méthode d'enquête, le juge s'est expliqué sur son refus des confrontations individuelles. "Je me suis souvent posé la question. J'ai longtemps hésité. J'ai pensé que comme les personnes avaient été entendues individuellement, je les avais interrogées séparément, avoir des confrontations à plusieurs permettait de contester ce qu'avaient dit les uns et les autres et pas de confirmer. J'y voyais plutôt une interactivité". Et sur les détentions provisoires qu'il a demandées au juge des libertés et de la détention, il a souligné que "c'était une mesure pour protéger les enfants", citant le cas d'un mineur qui affirmait que son père avait "recommencé le soir même après avoir été entendu par les policiers".

Ayant longuement défendu son instruction, le juge Burgaud s'est dit enfin "terriblement choqué d'être présenté comme une machine à appliquer le droit, sans aucune humanité". Ceci, sans renier sa responsabilité : "Je n'ai pas la prétention d'avoir mené l'instruction parfaite. Aurais-je pu faire autrement ? Aujourd'hui, avec le recul, j'en suis convaincu. Est-ce que j'ai commis des erreurs d'appréciation ? Peut-être. Qui n'en commet pas ? Le juge d'instruction est un homme seul. Personne ne m'a dit à l'époque que je faisais fausse route, ni le procureur de la République ni la chambre d'instruction".[/quote]
Source LCI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mobi-tests.net
Alexandre
Président
Président
Alexandre

Masculin Nombre de messages : 2554
Age : 31
Parti Politique : U.M.P
Candidat : Nicolas Sarkozy
Date d'inscription : 18/12/2005

Audition du juge Burgaud Empty
MessageSujet: Re: Audition du juge Burgaud   Audition du juge Burgaud EmptyMer 8 Fév - 22:35

Je pense notament, dans ce genre de situation, aux victimes, mais avant de faire passer le juge pour un montre, il faut penser que 4 des 18 accusés sont encore en prison pour [b]pédophilie[/b]. Ce n'est pas rien.

Le développement personnellement m'a choqué. Sur les moyens employés pendant les viols. Quand arrive plusieurs fois le mot "Boulanger", et qu'on parle de viol avec des baguettes de pain, et que la "boulangère en question ne semble pas écouter le juge car il raconte des "mensonges" c'est troublant.

Mais n'oublions pas non plus, qu'il n'est pas seul. Le procureur était au courant, néanmoins aujourd'hui, on le présente comme le plus méchant [i]seul contre tous[/i]. On ne parle pas de procès, mais vu la médiatisation des événements on peut se poser des questions.

Certes, les victimes, c'est bien triste pour eux, mais n'oublions pas que le développement éffectué par les mineurs sont éloquants.

Je vais suivre de près cette situation et donnez mon avis, à chaque réaction importante!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mobi-tests.net
Marco
Député
Député


Nombre de messages : 370
Parti Politique : UMP
Candidat : Sarkozy
Date d'inscription : 21/12/2005

Audition du juge Burgaud Empty
MessageSujet: Re: Audition du juge Burgaud   Audition du juge Burgaud EmptyLun 13 Fév - 19:18

Les réformes de l'après-Outreau se dessinent déjà

[b] PARIS (Reuters) - Les responsables de la commission d'enquête sur le fiasco judiciaire d'Outreau ont déjà plusieurs idées de réforme à l'esprit après les premières auditions de magistrats concernés par l'affaire.

André Vallini, président socialiste de la commission, et le rapporteur UMP Philippe Houillon envisagent notamment de réserver la fonction de juge d'instruction à des magistrats très expérimentés.

"Je pense que seuls des magistrats chevronnés et figurant sur une liste d'aptitude doivent y avoir accès. Il faudrait quinze ans d'ancienneté au moins pour être juge d'instruction", dit Philippe Houillon dans Le Parisien de lundi.

Le poste de juge d'instruction est actuellement le plus prisé des élèves à leur sortie de l'Ecole de la magistrature et il n'est donc pas rare de voir des jeunes hommes d'une vingtaine d'années conduire de lourdes enquêtes criminelles.

Philippe Houillon estime aussi que la question du maintien du juge des libertés et de la détention (JLD), magistrat instauré en 2000 pour statuer à la place du juge d'instruction, "se posera inévitablement".

Il pense aussi à donner davantage de droits à la défense pendant l'enquête et songe à rendre publiques certaines audiences devant la chambre de l'instruction, instance collégiale examinant en appel les décisions des juges.

"Je pense plus que jamais, après avoir auditionné le juge (Fabrice) Burgaud, qu'on ne peut pas confier des responsabilités aussi lourdes à un homme aussi jeune et aussi seul", avait déjà déclaré André Vallini au Journal du dimanche.

La commission d'enquête parlementaire doit remettre au plus tard le 7 juin un rapport suggérant des pistes de réforme.


© Reuters 2006. Tous droits réservés.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Audition du juge Burgaud Empty
MessageSujet: Re: Audition du juge Burgaud   Audition du juge Burgaud Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Audition du juge Burgaud
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» be pétition: http://www.lapetition.be/petition.php?petid=6355
» Michel Galabru
» l'ours
» Gagnants de la 4e audition - Créations,prédictions et rêves intacts
» Nouvelle Star 2009 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous derriere Sarkozy :: Actualités :: Actualités Françaises et Internationales-
Sauter vers: