Un forum politique de Soutien à Nicolas Sarkozy
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Premier meeting politique pour Nicolas Sarkozy

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre
Président
Président
avatar

Masculin Nombre de messages : 2554
Age : 31
Parti Politique : U.M.P
Candidat : Nicolas Sarkozy
Date d'inscription : 18/12/2005

MessageSujet: Premier meeting politique pour Nicolas Sarkozy   Mar 28 Mar - 0:24

[img]http://www.u-m-p.org/site/photos/nsarkozy_douai_270306.jpg[/img]

[b] C’est dans le département du Nord, région qui a tant souffert, que Nicolas Sarkozy est venu affirmer qu’un changement est possible pour bâtir une France plus juste et plus sûre. Dans cet esprit, il propose aux Français, un projet qui s’inscrit « dans l’idée de changement qui les protègera » plutôt « que dans celui de l’immobilisme qui les exposera à toutes les menaces »[/b]

L'intégral : http://www.u-m-p.org/site/GrandDiscoursAffiche.php?IdGrandDiscours=183
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mobi-tests.net
Alexandre
Président
Président
avatar

Masculin Nombre de messages : 2554
Age : 31
Parti Politique : U.M.P
Candidat : Nicolas Sarkozy
Date d'inscription : 18/12/2005

MessageSujet: Re: Premier meeting politique pour Nicolas Sarkozy   Mar 28 Mar - 0:25

[b][u]Sarkozy décline "sa rupture"[/u]

[img]http://s.tf1.fr/mmdia/i/98/4/2173984_5.jpg[/img]

Premier meeting politique "personnel" lundi soir pour Nicolas Sarkozy : s'exprimant depuis Douai sans bannière de l'UMP, il s'est lancé dans un discours-programme qui constitue une quasi-entrée en campagne dans l'optique de 2007. Son credo : la rupture, seule capable, selon lui, de permettre à la France de rester elle-même dans un monde qui change. [/b]

C'est une quasi-entrée en campagne électorale pour Nicolas Sarkozy. Se présentant lundi soir pour son meeting à Douai, non pas en tant que chef de parti ou ministre, mais "à titre personnel" et sans bannière de l'UMP, il s'est lancé dans un discours-programme pour 2007 devant 3.000 sympathisants.

"Ce soir, je suis venu vous parler de politique - de politique au sens le plus noble du terme". Et Nicolas Sarkozy de décrire l'enjeu auquel seront bientôt confrontés les Français - mais sans évoquer directement l'échéance de 2007, avec "des choix qui seront décisifs" pour tous, avec la bataille "des idées, sur lesquelles les Français seront amenés à se prononcer".

"La France n'est pas condamnée..."

"La France n'est pas condamnée à regarder le monde qui change autour d'elle, a martelé Nicolas Sarkozy. La France n'est pas condamnée à des performances économiques qui se dégradent. La France n'est pas condamnée à un modèle social qui s'épuise. La France n'est pas condamnée à être prisonnière de tous les conservatismes, incapable de se réformer. La France n'est pas condamnée à avoir de moins en moins de Français qui travaillent pour financer de plus en plus de Français qui ne travaillent pas. La France n'est pas condamnée à être la seule en Europe à ne pouvoir décider de qui doit être accueilli."

Dénonçant "le déchaînement de la violence à chaque tentative de réforme", Nicolas Sarkozy a assuré : "la rupture avec nos conformismes est nécessaires (...) Est-ce qu'on bouge, ou est-ce qu'on reste immobile ?"

"C'est le changement qui va nous protéger"

Cette rupture qu'il prône, Nicolas Sarkozy y voit "l'unique choix dans un monde qui change." Pour lui, la France doit "anticiper les changements pour rester elle-même". Affirmant son "refus d'opposer changement et protection", il a affirmé : "C'est le changement qui va nous protéger, et c'est l'immobilisme qui peut nous détruire. Notre responsabilité est immense. Les Français savent au fond d'eux-mêmes que le changement est inévitable. Je veux les convaincre que seul le changement permettra l'avènement d'une France plus juste. Voici pourquoi j'ai proposé la rupture".

Mais les préoccupations les plus immédiates n'étaient pas absentes de ce discours, à la veille d'une nouvelle journée de mobilisation contre le CPE. Et Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de marquer sa différence vis-à-vis de Dominique de Villepin, réaffirmant qu'on pouvait "être ferme sans être rigide". Il a ainsi lancé, comme les syndicats, l'idée d'une suspension de l'application du CPE, le temps de reprendre les discussions. "Il me semble utile qu'avant toute initiative d'application on prenne le temps que la négociation aboutisse. Si ces règles étaient mises en oeuvre, nous ferions l'économie des oppositions stériles sur le CPE".

Et sur ce même thème, Nicolas Sarkozy a proposé une autre solution que le CPE, plaidant pour un contrat de travail unique, dont les garanties croîtraient au fil du temps, qui viendrait se substituer à tous les types de contrats existants. Tout en soulignant "la précarité", douloureusement ressentie par les Français, il a plaidé : "l'enjeu, c'est la simplification de notre contrat de travail". D'où ce plaidoyer pour "un contrat qui serait à la fois plus souple pour l'employeur, et plus protecteur pour le salarié".

Photo d'ouverture : Nicolas Sarkozy lundi soir à Douai - DR
Source LCI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mobi-tests.net
 
Premier meeting politique pour Nicolas Sarkozy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amis du barrage s’adressent à Nicolas Sarkozy
» Le CSA fait campagne pour Sarkozy
» La galette des rois pour l'Elysée est normande.
» Polémique au Québec après la visite de Nicolas Sarkozy
» Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous derriere Sarkozy :: Actualités en rapport avec Nicolas Sarkozy :: Actualités de l'Union pour un Mouvement Populaire et de son Président-
Sauter vers: