Un forum politique de Soutien à Nicolas Sarkozy
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre
Président
Président
avatar

Masculin Nombre de messages : 2554
Age : 30
Parti Politique : U.M.P
Candidat : Nicolas Sarkozy
Date d'inscription : 18/12/2005

MessageSujet: Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS   Ven 30 Juin - 0:52

[quote][b][u]Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au Parti socialiste[/u]

Euphoriques, incrédules ou hostiles, les socialistes s'interrogent sur les conséquences du retour de Lionel Jospin dans la course à l'investiture du PS pour la présidentielle de l'an prochain, jusqu'alors dominée par Ségolène Royal.[/b]

Refermant la parenthèse ouverte le 21 avril 2002, l'ancien Premier ministre, qui avait alors annoncé son retrait de la vie politique, a déclaré mercredi soir que la question de son éventuelle candidature était désormais "ouverte".

"S'il apparaissait que je suis le mieux placé pour rassembler les socialistes, pour rassembler la gauche, pour rassembler le pays (...), alors je me poserais la question", a-t-il confié sur TF1.

Même si les déclarations du chef de la gauche plurielle compliquent leur campagne, les écuries des "présidentiables" déclarés - Jack Lang, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius - leur reconnaissent au moins la vertu d'avoir relancé le débat alors que la présidente de Poitou-Charentes occupe toujours la tête des sondages.

"Le juge de paix absolu, c'est le vote des militants. La sortie de Jospin est utile dans le sens où elle interdit d'arrêter le match avant l'été", explique un cadre "strauss-kahnien".

Tous s'accordent également à penser que François Hollande n'a pas pu ne pas être mis au courant par Lionel Jospin de ses intentions. Sur TF1 mercredi soir, ce dernier a expliqué qu'un "élément important" de sa décision serait l'avis du premier secrétaire, si bien que certains s'interrogent sur un "deal" éventuel entre les deux hommes.

François Hollande "est à la recherche du "scénario dans lequel il ne disparaît pas. Et le scénario dans lequel il disparaît à coup sûr, c'est si sa compagne est candidate", raille un secrétaire national du Nouveau Parti socialiste.

Passé l'étonnement initial, l'heure est à l'exégèse dans tous les camps.

Le calme - apparent - semble de mise parmi les proches de Ségolène Royal, qui ont pris pour habitude de ne pas commenter la campagne interne afin de ne pas faire "gonfler" ses rivaux.

JOSPIN, SIMPLE MILITANT?

"C'est le droit absolu d'un socialiste de se présenter au suffrage militant, il n'y a aucun problème", jure Patrick Menucci.

Les plus virulents se recrutent en revanche parmi les proches de Dominique Strauss-Kahn, dont le meeting parisien de mercredi soir a été totalement éclipsé par la sortie de Lionel Jospin.

Avant même l'irruption de Lionel Jospin dans la campagne interne, l'ancien ministre de l'Economie avait promis un été hyperactif, meetings en plein mois d'août et "sauts de puces sur les lieux de vacances des Français" compris.

"Les conditions de son retour ne sont pas réunies", tempête Jean-Christophe Cambadélis, son principal lieutenant. Etre disponible ne veut pas dire qu'on est candidat, renchérit Pierre Moscovici.

Après leur dîner "entre copains" de mercredi soir sur la butte Montmartre, les proches de l'ancien Premier ministre se sont chargés de rassurer les "éléphants".

Leurs retrouvailles étaient prévues depuis plus d'un mois, il ne s'agissait pas de porter sur les fonts baptismaux une équipe de campagne et d'ailleurs Lionel Jospin ne s'imposera à personne, assurent ses organisateurs.

Toujours inscrit dans la section Goutte d'or du XVIIIe arrondissement, l'ancien chef de gouvernement est "un militant qui respecte le Parti socialiste qui respecte ses règles et son calendrier", assure André Vallini. "Il s'inscrira dans ce calendrier".

Après un premier dîner au mois de janvier, aucun rendez-vous officiel n'a été pris pour l'été. "Mais nous nous parlons beaucoup au téléphone", explique, sibyllin, l'un des 40 convives du "Pichet du Tertre".

Fin août, Lionel Jospin sera l'invité unique d'une table ronde du Mouvement des Jeunes socialistes (MJS), à La Rochelle, après ses vacances à l'île de Ré. Il devrait également rendre visite aux "grands" du PS réunis au même moment dans le port atlantique.

Le retour de Lionel Jospin peut être "utile", estime le président du MJS, Razzye Hammadi, qui rêve sans le dire d'un front anti-Royal et file la métaphore sportive en ces temps de Mondial. "Même Zidane avait dit qu'il se retirait".


© Reuters 2006. Tous droits réservés.
[/quote]

Le retour de Jospinou, celui qui a arreter la politique... qui s'indigne qu'on lui pause une question pourtant simple sur le foot... Rien de plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mobi-tests.net
Résistance
1er ministre
1er ministre


Féminin Nombre de messages : 466
Localisation : Corse
Parti Politique : UMP ?
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS   Ven 30 Juin - 11:11

Et quand on lui pose une simple question .. sur le foot , aprés s'être indigné , quand il daigne faire une réponse , tu as oublié la question !!!
Il m'a semblé complètement omnubilé par le désir d'être " rappelé " !!
Il se prend pour De Gaulle !!!!!!!! mais n'a pas son charisme !!

C'est étrange comme certains politiques ont tendance à se prendre pour des hommes ( femme) providence !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
duodénum
Sénateur
Sénateur
avatar

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS   Ven 30 Juin - 18:49

Je comprend qu'il veuille revenir. Il a grillé son avenir politique sur un coup de tête, comme un gosse assommé par la claque monstrueuse qu'il vient de prendre. C'était le mini-discours de trop...

qu'il tente le come-back par la petite porte de la modestie, c'est une chose, je crois qu'il fait le mauvais choix, il devrait prendre les français entre quatre yeux et leur dire franchement qu'il a sorti une énorme connerie en 2002 et qu'il ne peut vivre sans sa dose quotidienne de pouvoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Résistance
1er ministre
1er ministre


Féminin Nombre de messages : 466
Localisation : Corse
Parti Politique : UMP ?
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS   Ven 30 Juin - 19:18

C'est une idée et cela pourrait payer mais.. il n'est sans doute pas facile pour un politique de haut vol de reconnaître qu'il est faillible comme le commun des mortels !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
duodénum
Sénateur
Sénateur
avatar

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS   Ven 30 Juin - 19:34

Ca lui donnerait pourtant un peu d'humanité, chose qui semble lui faire un peu défaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiti
Modératrice
Modératrice


Nombre de messages : 0
Age : 37
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS   Ven 14 Juil - 23:35

LES SEPT PÉCHÉS CAPITAUX DE NICOLAS SARKOSY

Comment peut-on se dire de droite et réclamer le droit de vote pour les immigrés ? C’est pourtant cet incroyable paradoxe qu’a tenté Nicolas Sarkozy. Ce dernier emploie volontiers un langage pugnace, en disant qu’il faut “nettoyer les cités au Kärcher” et pratiquer la “tolérance zéro” envers les “racailles”. Ce ne sont, hélas, que des mots.

Le double langage de Sarkozy
D’une part, sa politique est, en réalité, inefficace et laxiste : depuis près de quatre ans qu’il est chargé de l’immigration comme ministre de l’Intérieur, la situation n’a jamais été aussi mauvaise dans les banlieues, comme l’ont démontré les émeutes ethniques d’octobrenovembre 2005. D’autre part, quand il s’exprime dans un journal de gauche, Sarkozy n’hésite pas à faire une profession de foi immigrationniste, comme dans Libération, le 23 décembre 2005 .

Sur la question de l’immigration, Sarkozy tient en permanence un double langage. Quelle est la vérité du personnage ? Si l’on en juge, objectivement, d’après les décisions qu’il a prises et les propositions qu’il a faites, force est de reconnaître qu’il est plus à gauche que la gauche, dans ce domaine. Pour que chacun puisse en juger par lui-même, nous récapitulons ici ce que l’on peut appeler “les sept péchés capitaux de Sarkozy sur l’immigration”

1. Relance de l’immigration
L’immigration était officiellement arrêtée depuis 1974. Les gouvernements de gauche n’étaient eux-mêmes jamais revenus sur ce principe, qui connaissait, hélas, bien des exceptions. Cependant, arrivé au ministère de l’Intérieur en juin 2002, Sarkozy s’est empressé de proclamer que la France avait besoin d’immigration, en condamnant la politique de l’“immigration zéro”. Puis il a proposé des “quotas” d’immigrés. Et quand il parle, aujourd’hui, d’une “immigration choisie”, il faut comprendre qu’il a choisi d’accepter toujours plus d’immigration !

2. Faiblesse à l’égard de l’immigration illégale
Trouvant que le gouvernement socialiste de Lionel Jospin avait été trop sévère à l’égard des immigrés illégaux, qu’il appelle des “sans-papiers”, il a multiplié, en 2002, les circulaires aux préfets pour leur demander d’être toujours plus complaisants. En particulier, pour fermer Sangatte, il a accordé un titre de séjour en France à tous les immigrés illégaux de ce centre qui ne réussissaient pas à entrer en Angleterre ! Plus récemment, il a pris “la décision lourde (sic) d'arrêter les expulsions [des immigrés illégaux] durant l'année scolaire” pour les enfants qui vont à l’école, et pour leurs parents.

3. Aide à l’islamisation de la France
Il a favorisé l’installation de l’islam en France et son institutionnalisation, en créant un “conseil français du culte musulman”, et il a officiellement reconnu, à cette occasion, une organisation proche des “Frères musulmans”, l’U.O.I.F..

4. Hostilité au droit du sang
Le droit du sang, ou principe de filiation, le révulse : ignorant que c’est la base du droit de la nationalité en vigueur dans notre pays depuis deux siècles, il suggère que c’est un principe raciste et se dit, en revanche, “très attaché à la notion de droit du sol”. Or, le droit du sang (jus sanguinis) figure actuellement à l’article 18 du code civil : “Est Français l'enfant, légitime ou naturel, dont l'un des parents au moins est Français” (in chapitre II - “De la nationalité française d'origine” - Section I - Des Français par filiation” ; cf. l’article 10 du code civil de 1804, disposition en vigueur le 18 mars 1803 : “Tout enfant né d'un Français en pays étranger, est Français.”). A ceux qui s’étonneraient qu’un ministre de l’Intérieur puisse ignorer le b.a.-ba du droit de la nationalité, nous conseillerions de se procurer un enregistrement de l’émission “Cent minutes pour convaincre”, sur France 2, le 9 décembre 2002.

5. Abrogation de la prétendue “double peine”
Il a empêché l’expulsion hors de France des criminels et délinquants étrangers à l’issue de leur peine de prison en faisant voter une loi qui leur attribue un droit de séjour perpétuel en France, sous prétexte de leur épargner une prétendue “double peine”. Il a ainsi satisfait une revendication de l’extrême gauche (relayée, au sein de la majorité, par le maire-député UMP de Versailles, Etienne Pinte).

6. Droit de vote des immigrés
Sarkozy s’était prononcé, dès 2001, pour le droit de vote des immigrés, dans son livre Libre. Il a récidivé en 2005, dans une déclaration, trop vite oubliée, qui a suscité, sur le moment, une émotion légitime, à droite.

7. Discrimination “positive”
Sarkozy s’est prononcé pour la discrimination antinationale en faveur des immigrés, qu’il qualifie de “positive”. Il s’agit de donner aux immigrés des droits et des avantages particuliers, dont seraient privés les Français de souche. Cette proposition, d’une extrême gravité, est en totale contradiction avec les fondements de la République, puisqu’elle viole le principe d’égalité qui figure à l’article 1er de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789.

Conclusion
On peut porter un jugement différent du nôtre sur ces “sept péchés capitaux de Nicolas Sarkozy”, on peut même y voir “sept vertus cardinales”, si l’on a de la France une vision opposée à la nôtre, mais les faits sont là. Ils ne sont ni contestables ni contestés. Sarkozy utilise des “mots-paravents” (comme “racailles” et “Kärcher”) pour abuser les électeurs de droite, mais ce qu’il fait, comme simple ministre, ou, pis encore, ce qu’il a l’intention de faire, en tant que candidat à la magistrature suprême, est parfaitement incompatible avec l’unité de la nation et les principes de la République. Il est difficile d’imaginer un écart plus grand entre ce que Sarkozy prétend être, quand il s’adresse aux électeurs de droite, et ce qu’il est, en réalité, dans son action politique. Il faut donc se rendre à l’évidence : Sarkozy est un imposteur. Sarkozy l’imposteur devrait méditer cette réflexion d’Abraham Lincoln : “On ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour de Lionel Jospin rebat les cartes au PS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La tuerie a la mairie de Nanterre
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» Générateur de cartes de la Pologne
» y a-t-il un point de non retour ?
» retour du Sénégal...voyage initiatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous derriere Sarkozy :: Les forums des autres tendances politique :: Les tendances Socialistes et Communistes-
Sauter vers: