Un forum politique de Soutien à Nicolas Sarkozy
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Ministres et la presse "aux ordres"

Aller en bas 
AuteurMessage
VEGA Thi
Invité



MessageSujet: Les Ministres et la presse "aux ordres"   Dim 22 Jan - 15:14

[b]Nos sinistres et la "presse aux ordres" [/b]

Dans pas moins de trois éditoriaux, le journaliste Alexis Brézet du Figaro a loué la méthode de gouverner du Premier ministre : « Et si c’était cela, au fond, la « méthode Villepin ? » Poser, par un discours toujours équilibré, des gestes dont la portée à terme passe de loin l’effet immédiat. Le contrat nouvelles embauches pour dynamiter le Code du travail. Le bouclier fiscal pour désarmer l’ISF. Le contrôle des mariages blancs pour endiguer l’immigration. L’apprentissage à 14 ans pour en finir avec le collège unique. Une manière d’utiliser l’évènement pour faire bouger les choses par petites touches, sans provoquer de crise. Et de dessiner, mois après mois, un bilan. »

En 2003, le journal Le Monde avait consacré un éditorial ironique intitulé « La marche en crabe » à propos de la méthode employée par Raffarin. Le Premier ministre s’avançait par voie de presse sur un dossier, sondait les syndicats et, quand il sentait une résistance de la part des « forces vives de la nation » ou une quelconque irritation du président de la République pour la manière « maladroite » dont il s’y serait pris pour dialoguer avec les syndicats, s’empressait d’abandonner la réforme au milieu du gué.

La presse française a souvent reproché à Raffarin sa timidité à mener des réformes. À présent, elle encense son successeur, alors qu’il ne fait rien de plus. La cohérence n’est pas la vertu première du marigot parisien. Certes, la tache d’un Premier ministre n’a jamais été facile dans ce pays. Il a le devoir de réformer sans déclencher de crise et si, par miracle, il y parvient, ne doit pas faire de l’ombre au président. C’est l’effet pervers d’un exécutif bicéphale dans une constitution que le monde entier nous envierai !

Comme son prédécesseur, le Premier ministre a choisi la méthode homéopathique pour soigner une nation schizophrène. La grande grève des cheminots de l’automne 1995 plane comme une épée de Damoclès sur la fausse droite française. Les députés Godillot se sont couchés, lorsque le président de la République a mis son veto à leur proposition de loi d’instaurer un service minimum dans les transports en commun. La soupe est trop bonne à l’Assemblée nationale pour se risquer à faire valoir une liberté fondamentale. Aux Etats-Unis, le président n’hésite pas à brandir son droit de veto à la proclamation d’une grève dans les transports publics. Outre-Atlantique, le droit de circulation des citoyens est reconnu comme une liberté fondamentale.

Tout est une affaire de style dans une nation imbue de rhétorique. L’ancien Premier ministre a enfoncé des portes ouvertes avec des slogans qui faisaient ricaner le marigot ; le nouveau a choisi la méthode incantatoire. Selon la définition donnée par le dictionnaire Larousse, l’incantation est une formule magique récitée pour obtenir un effet surnaturel sur les esprits. Ainsi l’apprentissage à 14 ans serait la panacée pour régler le dossier du collège unique, tout comme le contrat « nouvelles embauches » le serait pour réduire le chômage. Miracle du calendrier électoral, on ne connaîtra les statistiques de cet énième avatar du Code de travail qu’après l’échéance de 2007 !

Alors que le feu fait rage dans les banlieues, que la dette publique gonfle inexorablement et que les retraites des fonctionnaires ne sont pas provisionnées comme l’a confirmé la commission Pebereau, la classe politique est frappée d’autisme. Cette dernière ne s’intéresse qu’à sa survie sous les lambris dorés d’une république qui ressemble à s’y méprendre au faste de l’Ancien Régime.

La méthode incantatoire utilisée par Villepin consiste à faire croire à un public outré que ses doléances seraient prises en considération. C’est ainsi qu’il faut interpréter l’agenda du Premier ministre. La situation du gouvernement français ressemble à celle d’une équipe de surveillance qui vient de découvrir une fissure dans un barrage. Elle communique sur un ton martial avec les médias de la gravité de la situation et se contente de colmater la brèche avec de l’argile en priant le ciel que le barrage ne cède pas. Le printemps 2007 pourrait bien ressembler à celui de 1959 lorsque le barrage de Malpasset sur le Reyran céda et dévasta la ville de Fréjus.

Ce qu'il en est du 1er Minsitre, est valable pour le second, le sinistre nabot de l'intérieur extrêmement médiatisé lui aussi, qui nous promet "monts et merveilles" concernant la délinquance raciale anti-française des banlieues de "haute-insécurité" où sévissent les progénitures des "allocataires" qui vampirisent notre Nation depuis des lustres, nous attendons les mises en application de ces mesures, elles viendront, certainement, elles aussi, au printemps 2007 ?

Comme le disait Alexis de Tocqueville, le moment le plus dangereux pour un gouvernement incompétent, c’est lorsqu’il entame des réformes. Ne serions-nous pas proches de ce moment de vérité qui a trop longtemps été reporté par de fausses alternances entre la vraie gauche et la fausse droite ?

Votre serviteur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Ministres et la presse "aux ordres"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Communiqué de presse
» Revue de presse décembre 2010
» La presse écrite et notre marine
» Revue de presse Janvier 2011
» Quelle presse lisez-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous derriere Sarkozy :: Analyse :: Votre avis sur...-
Sauter vers: